Enquête mobilité 2016 au Pays de Lorient : toujours plus de déplacements

 

L'enquête Mobilité réalisée en 2016 permet des comparaisons avec celle de 2004 réalisée dans des conditions similaires. En 12 ans, on note une forte progression de l'ensemble des déplacements.

Le volume des déplacements automobiles est en hausse même si ce mode perd un peu de terrain en proportion face à la mobilité douce. À surveiller, un recul des transports collectifs en partie dû à des travaux.

L’info >> L'enquête mobilité a été réalisée par téléphone en avril et mai 2016 auprès de 4000 habitants du Pays de Lorient tirés au sort.

 

En savoir +

Article paru dans le Barographe n°26, février 2017

Sources

Enquête Mobilité 2016 du Syndicat mixte pour le SCOT du Pays de Lorient

Contact

Jean-Christophe Dumons

Une hausse de 18% en 12 ans

900 000 déplacements tous modes et tous motifs confondus sont effectués chaque jour du lundi au vendredi par les habitants du Pays de Lorient. Ce qui correspond à une hausse de 18 % par rapport à 2004, année pour laquelle on comptait 760 000 déplacements. À l’échelle individuelle, cela représente une mobilité quotidienne moyenne de 4,39 déplacements en 2016 contre 3,99 déplacements en 2004.

En 2016 la mobilité reste essentiellement locale et liée au domicile : 66 % des déplacements sont effectués au sein de la même commune et 76,5 % des déplacements impliquent le domicile.

Plus de 290 000 déplacements ont pour destination la commune de Lorient soit près d’un tiers de l’ensemble des déplacements. Sur ces déplacements, 219 000 ont également pour origine la commune de Lorient. La commune de Lanester draine 10 % de l’ensemble des déplacements soit 96000. Viennent ensuite Ploemeur et Hennebont, communes vers lesquelles convergent 70 000 et 68 000 déplacements (déplacements internes aux communes inclus).

Parmi les 20 500 déplacements sortants du Pays de Lorient (2,2% du total), 2/3 ont pour destination le reste du Morbihan. Cependant la première commune extérieure génératrice de flux est Quimperlé avec près de 2 400 déplacements à destination.

Nombre de déplacements internes ou à destination des communes

Forte progression du déplacement loisir et achat

En 2016 un déplacement sur deux concerne un motif non contraint, c’est-à-dire lié à des loisirs ou des achats. Ce type de déplacements a fortement progressé depuis 2004.

Parmi les déplacements pour des motifs contraints, les déplacements liés aux études passent de 57 700 à 53 100 entre 2004 et 2016. Cette baisse s’explique par la diminution des effectifs scolaires sur cette même période (chiffres du rectorat). Les déplacements liés au travail restent stables. Les autres déplacements liés à l’accompagnement d’une personne, à des démarches ou à la santé sont en augmentation.

Nature des déplacements en 2004 et 2016

L'auto loin devant ; marche et vélo progressent

En 2016, l’usage de l’automobile en tant que conducteur ou passager demeure prédominant puisqu’il concerne 58 % de l’ensemble des déplacements. La part de la voiture a baissé depuis 2004 mais le volume des déplacements automobiles n’a cessé d’augmenter en passant de 485 000 à 530 000. De plus, si l’on observe uniquement les déplacements pour motif travail, la part de la voiture qui était de 74 % en 2004 atteint 76 % en 2016.

Les modes actifs progressent fortement avec 107 000 déplacements supplémentaires effectués à pied ou à vélo entre 2004 et 2016, pour l’ensemble des motifs de déplacements qu’ils soient contraints ou non.

La part de la marche à pied passe ainsi de 24 % en 2004 à 31 % en 2016. Si l’usage du vélo ne représente que 3 % du volume total des déplacements en 2016, son évolution depuis 2004 est la plus rapide. Le nombre de déplacements effectués à vélo a quasiment doublé entre en 2004 et 2016 en passant de 12 000 à 23 200. La pratique du vélo apparaît de plus en plus urbaine. On dénombre 9600 déplacements à bicyclette qui ont pour origine et destination la commune de Lorient.

Typologie des déplacements

Une baisse des transports collectifs à relativiser

Les déplacements en transports collectifs apparaissent en perte de vitesse entre 2004 et 2016, mais une analyse plus fine permet de nuancer cette tendance. En particulier, la baisse des transports collectifs urbains de la CTRL, qui passent de 47 600 déplacements à 45 300 sur la période, méritent un examen de près. Les travaux liés au Triskell ainsi que le déplacement temporaire de la cale du port de pêche ont affecté la fréquentation des bus sur certains secteurs lorientais.

Si l’on exclut ces secteurs, le nombre de déplacements en transports collectifs urbains progresse sur le Pays de Lorient. Quant aux déplacements en train, ils sont en nette progression avec 2500 déplacements en 2016 contre 1600 en 2004.

Zoom sur le covoiturage

Seulement 13 % des personnes qui utilisent leur voiture pour se rendre au travail ou sur leur lieu d’études pratiquent le covoiturage, ce qui correspond à 7700 personnes sur plus de 60 000. La majorité d’entre eux ne covoiture qu’occasionnellement.

Dans le cadre des déplacements pour le travail, les aires de covoiturage constituent des points de rendez-vous pour 17 % des pratiquants. La moitié d’entre eux se retrouvent au domicile des uns ou des autres, 16 % sur le parking d’un supermarché.

Comment l'enquête a été réalisée

L'enquête Mobilité a été réalisée selon une méthode dite standard. Celle-ci permet de comparer les résultats avec ceux de l’enquête 2004 sur le Pays de Lorient et ceux d'enquêtes équivalentes réalisées ailleurs.
Les personnes enquêtées donnent d'abord des informations sur leur situation personnelle (sexe, âge, catégorie socio-professionnelle, abonnement de transport en commun...) ainsi que sur leur ménage (lieu de résidence, taille du ménage, nombre de voitures à disposition, nombre de vélos...). Puis elles décrivent l’ensemble des déplacements effectués la veille : heure, motif, mode de transport...
Le croisement des données sur les ménages, les personnes et les déplacements permet d’appréhender la mobilité de manière globale mais aussi sélective en fonction de tel ou tel critère relatif à la personne, au mode de transport, au motif de déplacement, au secteur géographique, etc.