Focus sur le trafic routier au Pays de Lorient


Comme partout, le trafic routier peut-être localement dense sur le Pays de Lorient.
D'où l'intérêt de collecter l'ensemble des données disponibles et de les traiter pour dresser un état des lieux, mettre en évidence les évolutions et anticiper l'impact des aménagements à venir.
AudéLor a croisé les données nationales, départementales et communales afin d'offrir une mise en perspective à toutes ces échelles du trafic routier.

>> L’info : en 10 ans, le trafic a augmenté de 16% sur les RN 24 et 165.

En savoir plus

Article paru dans le Barographe n°21, décembre 2013
AudéLor a proposé une Matinale "Trafic routier sur le Pays de Lorient" le 27 février 2014. Téléchargez la présentation PowerPoint en cliquant ici ou visualisez la présentation à la fin de cette page.

Sources

DIRO 2011, BD Geofla ®IGN2013, BD Carto ®IGN2013, CG 56, Commune d'Hennebont

Traitement

AudéLor

Contact

Jean-Christophe Dumons

Autres ressources

Portail de veille stratégique d'AudéLor (Netvibes)
Focus sur le trafic routier au Pays de Lorient -  Communication n° 60, janvier 2014,  PDF 2 Mo

 

 

À L'ÉCHELLE RÉGIONALE

Lorient-Lanester : 80 000 véhicules jour

En 2011, le trafic journalier moyen des routes nationales de la Bretagne historique varie entre 3 500 et 101 000 véhicules selon les portions. Les segments de routes nationales les plus fréquentés (supérieurs à 50 000 véhicules/jour) se situent autour des agglomérations de Rennes, Nantes, Lorient, Saint-Brieuc, Vannes et Saint-Nazaire (par ordre d’importance).


On dénombre jusqu’à 80 000 véhicules par jour entre Lorient et Lanester, chiffre comparable au trafic recensé sur les ceintures périphériques de Nantes et Rennes. Sur la RN 165 ou A 82 entre Briec (29) et Marzan (56), soit près de 170 kilomètres, le trafic est supérieur à 25 000 véhicules par jour sur la totalité du parcours. Sur le tronçon Vannes - Auray, le niveau de trafic est compris entre 50 000 et 65 000 véhicules jour.

Nombre de véhicules par jour sur les routes nationales en 2011
Nombre de véhicules par jour sur les routes nationales en 2011


Tourisme : un impact net

>> JANVIER-AOÛT : +32,5%
Le tourisme engendre un surcroît de trafic de 32,5 % sur nos routes nationales
.


Les comptages permanents qui jalonnent les routes nationales permettent également de mesurer la saisonnalité du trafic. Sur les routes nationales du Pays de Lorient, on constate une augmentation marquée du trafic en période estivale. La variation entre janvier et août est de 32,5 %. Elle dépasse 51% sur l'agglomération vannetaise.


Plus on s’éloigne des grands pôles urbains et plus la saisonnalité se traduit par un gonflement du trafic en période estivale, notamment sur les nationales du sud de la Bretagne. Au niveau de La Roche Bernard (RN165) on passe du simple au double entre janvier et août (+100 %).


À l'inverse, les axes et couronnes périphériques des agglomérations de Brest, Nantes et Rennes connaissent un creux de trafic au mois d’août. Les fonctions métropolitaines de ces agglomérations (habitat, emploi, services, équipements) génèrent une masse de trafic tel que le ralentissement de l’activité économique en période estivale entraîne une baisse de trafic routier.
Cette baisse n’est pas compensée par le trafic généré par le tourisme, trafic estival de transit compris.

Saisonnalité comparée du trafic sur route nationale
Saisonnalité comparée du trafic sur route nationale

À L'ÉCHELLE INTERCOMMUNALE

Le trafic a fortement augmenté

>> TRAFIC EN 10 ANS +11,5%
Le trafic RD + RN a augmenté de 11,5 % entre 2001 et 2011

Sur les routes départementales et les routes nationales traversant le Pays de Lorient, 117 points de comptages ont permis d’analyser l’évolution du trafic entre 2001 et 2011. Les chiffres du trafic sur les routes nationales sont difficiles à interpréter puisqu’une partie non négligeable du flux est constituée de véhicules en transit.
En revanche, les données du Conseil Général sur les routes départementales offrent la possibilité d’analyser plus précisément les phénomènes de trafic routier dans l’espace et dans le temps sur le Pays de Lorient ou sur un secteur géographique particulier tel que le littoral, un groupement de communes ou un axe traversant le territoire...

Sur le Pays de Lorient, on dénombre 769 012 véhicules/jour en 2001 et 857128 véhicules/jour en 2011 soit une augmentation de 11,5 % sur le total des 117 points de comptages renseignés (RD et RN) en 10 ans.

Sur les 7 points de comptage permanents de la RN 165 et la RN 24, le trafic augmente de +16 % entre 2001 et 2011. Il est passé de 250 696 véhicules à 290 973 par jour.

Évolution du trafic routier entre 2001 et 2011
Évolution du trafic routier entre 2001 et 2011

L’impact de la démographie

Le trafic des routes départementales, analysé sur 110 points de comptage, connaît une augmentation moins forte que celui des routes nationales mais importante tout de même (+9,2 %). Cette évolution apparaît très différente d’un secteur à l’autre du Pays de Lorient.

Les points de comptage situés sur les communes de Ploemeur et Larmor- Plage enregistrent dans la plupart des cas des baisses de trafic sur la période 2001-2011. Sur ces deux communes, la baisse de trafic est de 5 %, en lien avec la baisse de population sur cette période (environ 1% chacune).

La communauté de communes de Blavet Bellevue Océan a connu un fort développement urbain et démographique ces dernières années : +28 % de population entre 1999 et 2009. Sur une période quasi identique, de 2001 à 2011, les points de comptages des départementales situés sur ce secteur du territoire indiquent une augmentation du trafic de +16 %.

Axe Lorient-Roscoff : le boom

La RD 769 (axe Lorient - Roscoff) constitue la principale desserte routière des communes du nord du Pays de Lorient. Entre Caudan et Plouay, cette route a vu son trafic augmenter de près de 4 000 véhicules par jour au cours des 10 dernières années. Cette augmentation a été constatée à la fois au niveau la zone d’activités de Restavy à Plouay où le trafic est passé de 5140 à 9 000 véhicules/jour entre 2001 et 2011 et au sud de Caudan à proximité des échangeurs de l’A 82 où, sur la même période, le trafic est passé de 13 890 à 17750 véhicules/jour.

En 2009, le doublement de la RD 769 sur le tronçon Cléguer-Plouay a renforcé son rôle d’épine dorsale nord-sud du territoire. Cet aménagement routier favorise d’autant le développement urbain des communes situées à proximité, notamment Plouay et Calan.

À L'ÉCHELLE D'UNE COMMUNE

L'exemple d’Hennebont


Quel volume de trafic génère la ville ? Comment se redistribue-t-il ?
Ce sont les données issues des comptages effectués par ou à la demande des communes qui apportent réponses à ces questions. Dans le cadre de sa mission d’observation des déplacements, AudéLor collecte également les données communales. La ville d’Hennebont a ainsi partagé les données issues de son étude "trafic routier" de janvier 2013.
L'avantage, c'est de croiser ces données communales sur les principaux axes et carrefours stratégiques de l’espace urbain avec les données départementales sur lesquelles une rétrospective est possible jusqu’en 1994.

La vue d'ensemble obtenue permet de mieux appréhender le trafic urbain dans l’espace et dans le temps.

Trafic routier à Hennebont et alentour
Trafic routier à Hennebont et alentour

Des reports de trafic

À Hennebont, des reports de trafic d’un axe à l’autre ont ainsi pu être mis en évidence. La RD 781 connectée à l’actuelle A 82 ne joue plus le rôle de principale entrée sud et est de l’agglomération depuis l’aménagement de la RD 23C (avenues de contournement sud et est du centre-ville).
Le développement urbain principalement tourné vers l’est est aussi à l’origine de ce report de trafic.
Le quai de Port-Louis (RD 781) a vu son trafic chuter de près de 4 000 véhicules entre 1999 et 2011 (de 10100 à 6170 véhicules jour).

L’entrée Est d’Hennebont au niveau de la zone artisanale du Braigno (RD 765 connectée à la RN 24) a, quant à elle, vu son trafic doubler sur la même période passant de 3600 véhicules jour à 7200. Les chiffres communaux de 2013 en dénombrent plus de 8 000 au niveau du centre commercial.
Par ailleurs, les avenues de contournement sud-est allant du rond-point de Locoyarn à celui de Kergroix (avenue Lavoisier, avenue des frères Lumières, avenue Bruant et avenue Mitterrand) ont un trafic journalier moyen supérieur à 10 000 véhicules jour.

 

 

PDU et observatoire des déplacements

Le nouveau Plan de Déplacements Urbains (PDU) de Lorient Agglomération, adopté en 2012, répond à 4 grands défis en matière de mobilité.

  • un défi territorial : organiser le territoire pour que chacun puisse se déplacer de manière durable,
  • un défi social : assurer le droit à la mobilité pour tous,
  • un défi environnemental : promouvoir des déplacements propres,
  • et un défi comportemental : changer nos habitudes.

L'une des actions du PDU prévoit qu'AudéLor et son observatoire des déplacements soient désignés comme étant l’outil de collecte et d’analyse des données liées à la mobilité : trafic routier, covoiturage, stationnement, déplacements doux, trafic ferroviaire, transports collectifs...

 

 

AudéLor a proposé une Matinale spéciale "Trafic routier sur le pays de Lorient" le jeudi 27 février 2014.

Retrouvez ci-dessous la présentation Powerpoint :