agence d’urbanisme, de développement économique et technopole du pays de lorient

Accueil / Publication

Les résidences services séniors sur Lorient Agglomération

Habitat et société / Parution

partager sur

Aujourd’hui, on compte 61 816 personnes âgées de plus de 60 ans à Lorient Agglomération, soit 30% de la population. La projection du nombre de personnes âgées de plus de 85 ans interpelle : elles atteindront leur maximum en 2040, dans moins de 20 ans.

Où et comment vont vivre ces personnes ?

Actuellement, 2269 personnes vivent dans un Ehpad, 483 en résidences autonomie et presqu’autant en résidences services séniors. La grande majorité des personnes âgées de plus de 70 ans vit chez elle (97%).

Mais si vieillir chez soi est la solution plébiscitée par les Français, encore faut-il définir la notion de « chez soi » : s’agit-il du domicile dans lequel la personne vit depuis des dizaines d’années ? Ou bien d’un nouveau logement ? Pour ce qui est des alternatives à l’Ehpad, on dénombre de nombreux projets visant à créer un « chez soi » qui serait le lieu où la personne se sent bien, où elle recrée son environnement, mais qui serait plus adapté à ses besoins : l’habitat partagé et l’habitat inclusif, les résidences autonomie et services, les familles d’accueil, le béguinage, l’habitat intergénérationnel, l’Ehpad hors les murs…

L’étude d’AudéLor met l’accent sur les résidences services séniors privées qui sont déjà de plus en plus présentes dans notre paysage urbain. Elles correspondent à une nouvelle forme d’habitat, intermédiaires entre le domicile de longue date et l’hébergement institutionnel médicalisé.

L’offre sur le territoire de Lorient Agglomération est importante. Déjà six résidences en activité, d’environ une centaine de logements chacune, sont implantées à Lorient, Lanester, Hennebont, Quéven et Guidel. Deux nouvelles résidences sont en construction à Lorient.

L’étude permet d’en faire un état des lieux et de dresser les perspectives, en tenant compte de la démographie, de la mobilité résidentielle et surtout des capacités financières des retraités du territoire pour occuper ces logements, d’un coût relativement élevé.

Comment est vécu ce changement d’habitat et de vie ? Un recueil de témoignages auprès des résidents de ces structures, aborde différents sujets sensibles comme la motivation du changement de résidence, le déménagement, l’autonomie et le rapport aux soins, les visites des proches et les sorties, ou encore l’engagement dans une activité et leur coût.

 

Consulter la Communication 167

 

Des questions ? Contact : Laurence Debacq

 


© 2019. Conçu par Lamour du Web